L’eau : pourquoi faut- il l’économiser ?

24 avril 2018

L’ arrosage automatique sur une pelouse verdoyante, une douche à colonne pulvérisant des litres d’eau à la seconde, un mitigeur mousseur dernier cri…L’eau procure les plaisirs quotidiens devenus anodins. Et si un jour, l’eau disparaissait ? Si la seine se vide, si les pluies se raréfient, le robinet thermostatique sera-il-toujours aussi recherché et exposé en première ligne sur les rayons des magasins ?fontaine-plomberie

Consommation moyenne en Île-de-France

Un artisan installateur sanitaire de Villiers-sur-Marne a récemment abordé cette question avec un client. Cette discussion fut l’occasion de se rappeler les réalités actuelles en termes de consommation en eau. L’eau coule abondamment, souvent, sans que les utilisateurs ne sachent combien ils consomment en quelques heures.  Une famille avec deux enfants consomment en moyenne 150m3 d’eau. Cette consommation est  répartie en 30 : 70% pour la douche, 10% pour l’évier, 20% pour le lavabo. Le prix moyen de l’eau étant de 3€/m3, c’est le prix moyen d’un mètre cube d’eau froide. Cela amène à une consommation de  450 euros. Quand on imagine que l’eau chaude représente 70% de la consommation alors que cette dernière est 2 voire 4 fois plus chère que l’eau froide, on peut en déduire que les dépenses annuelles des ménages s’élèvent à un millier d’euros chaque année.

Fuites d’eau : un désastre

Ce client du Val-de-Marne est resté bouche bée en apprenant d’autres statistiques sur la consommation en eau. Une fuite goutte-à-goutte représente un gaspillage de 4l/h sur un robinet. Si cette fuite est localisée dans les WC, il faut envisager une perte de 600€/an. C’est ce que peut coûter une fuite sur une chasse d’eau. Pour comparer, cette perte représente la consommation quotidienne d’une famille de quatre personnes. En apprenant tout cela, le client a décidé d’installer un économiseur d’eau. Aussi, il a appris que ses économies atteindraient les 15m3/an grâce à ce kit.

Conclusion

Economiser de l’eau s’avère nécessaire, peut-être pas maintenant, mais dans le futur. Ce futur, pas si lointain que cela, commence à toucher les pays avancés. En effet, les immigrés venus chercher un asile quittent leurs pays à cause des guerres, de la famine ou de la sécheresse. Bientôt, toutes les ressources devront être rationnées pour faire face à ces mouvements démographiques.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *